Aller au contenu
Accueil » Blog » C’est quoi un•e TERF?

C’est quoi un•e TERF?

TERF. Un terme que tout le monde a déjà vu au moins une fois, sans forcément comprendre ce que signifie cet acronyme. Un terme tantôt pris pour une insulte, tantôt revendiqué comme étant un courant féministe. Dans cet article, je te propose de découvrir ce qui se cache derrière ces 4 lettres, de son origine à sa signification actuelle, en passant par trois figures de ce féminisme qui n’en a que le nom. Accroche-toi, ça risque d’être un peu désagréable. Je te demanderai cependant ton indulgence. Parler d’un courant qui ne correspond pas à ses propres valeurs, ce n’est pas une tâche facile… et parler de transidentité en tant que femme cisgenre non plus. Si tu repères une maladresse, je t’en présente mes excuses tout de suite et t’invite à t’exprimer dans l’espace des commentaires si tu veux apporter une correction à mes propos.

Vocabulaire utile:
Cisgenre: Genre conforme au sexe biologique.
Transgenre: Genre qui diffère du sexe biologique.
TdS: Travail du Sexe, Travailleur•se•s du Sexe.
Transphobie: Discrimination envers les personnes transgenre.

Définition

T – Trans
E – Exclusionary
R – Radical
F – Feminism

Si l’on traduit ça en Français, ça donne Féminisme Radical Excluant les Trans. Littéralement.

Origine

Le terme TERF, avant d’être un mouvement, ça a juste été un terme. C’est Viv Smythe, femme cisgenre, blogueuse et militante féministe qui l’emploie pour la toute première fois en 2008, au Royaume-Uni. Elle a écrit un message pour contester la décision d’un festival musical d’interdire son accès aux femmes transgenres. À la base, elle a utilisé ce terme pour différencier les personnes transphobe du mouvement féminisme avec un terme qui se voulait neutre. Ni positif, ni négatif. Un peu comme on dirait que l’on ne mélange pas les torchons avec les serviettes, ou encore que le lion ne s’associe pas avec le cafard, suivant ta préférence.

Les TERFS d ‘aujourd’hui.

Aujourd’hui. ce terme désigne les transphobes se revendiquant féministes. Ce courant est un “féminisme radical” essentialiste à l ‘extrême en ce qui concerne le sexe et le genre. Sexe et genre sont pour les TERF la même chose au point qu’une femme née dans un corps masculin n’est pas une femme. Ce courant est tellement buté sur la biologie et l’essentialisme sexuel qu’il lutte contre l’inclusion des personnes non binaires et leurs droits, niant leur existence.

Mieux (non): les TERF se revendiquent donc féministes radicales (radfem) estiment que la lutte pour l’inclusion des personnes transgenre invisibilise leur combat. Comme si la possibilité d’une convergence des luttes n’existait pas. (spoil : si, ça existe. Cela s’appelle du féminisme intersectionnel.)

TERF : Un•e insulte ?

Je te propose une expérience sociale à faire sur Twitter. Trouve une TERF et dis lui qu’elle l’est. Je l’ai fait. A chaque fois, elles prenaient ce mot pour une insulte alors que je n’avais fait que répondre à l’une d’entre elles suite à leurs propos transphobes. La parade “parfaite” d’une TERF? Elles ne sont pas transphobes mais “critiques du genre”. Elles disent aussi inclure les femmes trans… comprendre née femme mais de genre masculin, mais évincent les femmes nés dans un corps masculin. Ces dernières seront toujours des hommes à leurs yeux.

Le courant TERF part du principe que les femmes trans (donc femme dans un corps d’homme, pour de vrai cette fois) renforcent les stéréotypes de genre, et donc que cela ne respecte pas les femmes cis. Les TERF pensent que les trans ont une vision étriquée de ce qu’est une femme, et les limitent aux stéréotypes de genre féminin qui sont mis en place par le patriarcat.

Scandales de TERF qui s’ignorent.

Le cas de JK Rowling

Peut-être as-tu entendu parler de la transphobie de l’autrice de la saga Harry Potter. Cette dernière s’est faite remarquer en commentant un article parlant de cycle menstruel. Cet article, pour parler des personnes concernées, les appelaient “personnes qui ont leurs règles” au lieu de les appeler “femmes”. JK Rowling a soutenu qu’une personne menstruée est forcément une femme blessant ainsi de nombreuses personnes non-binaires et trans. JK Rowling, comme d’autres TERF conditionne le genre aux organes génitaux.

C’est assez régulièrement qu’elle publie des tweets transphobes. Je t’ai inclus à l’article trois de ses pépites. Trigger Warning: Les trois tweets sont ouvertement transphobes en se cachant derrière de l’ironie, le troisième tweet parle de viol.

Traduction: ”« Les gens qui ont leurs règles. » Je suis sûr qu’il y avait un mot pour ces personnes. Quelqu’un m’aide. Wumben ? Wimpund ? Woomud ? Opinion : Créer un monde post-COVID-19 plus égalitaire pour les personnes qui ont leurs règles”
Traduction: ”Si le sexe n’est pas réel, il n’y a pas d’attraction pour le même sexe. Si le sexe n’est pas réel, la réalité vécue des femmes dans le monde entier est effacée. Je connais et j’aime les personnes trans, mais l’effacement du concept de sexe supprime la capacité de beaucoup à discuter de manière significative de leur vie. Ce n’est pas haine de dire la vérité.”
Traduction: ”La guerre, c’est la paix.
La liberté est esclavage.
L’ignorance est la force.
L’individu pénétré qui vous a violé est une femme.”

Le cas de Marguerite Stern

Bien que ce mouvement soit très populaire outre-manche, les TERF Sont aussi en France. En 2020, Marguerite, ex-Femen et fondatrice du mouvement des collages féminicides a déclaré vouloir que l’on déconstruise les stéréotypes de genre, qui sont, selon cette dernière, renforcés par le trans activisme. Elle a aussi affirmé que les hommes “qui veulent être des femmes” (sic) en se maquillant et en portant des robes et des talons sont une insulte pour les femmes. En effet, toujours selon cette petite fleur de haine, ces artifices sont inventés par le patriarcat, et les porter ne fait pas d’eux des femmes. Pour elle, femme = vulve. Biologie avant tout. Elle est notamment soutenue par Laurence Rossignol, femme politique française, qui affirme aussi que le transactivisme invisibilise ce qu’elle estime être de “vraies femmes”.

Le cas de Dora Moutot (@tasjoui sur Instagram)

Ah, Dora. Comme Marguerite, un grand nom de la transphobie, qui s’exprime sur un compte Instagram à 500 000 abonné•s. Oui, c’est énorme, et beaucoup de ses followers ne savent pas ce qu’est la transphobie, ou ce qui est reproché à cette femme. Dora Moutot, à la base, c’est une journaliste et écrivaine Française. Ses propos, diffusés sur Instagram, banalisent la transphobie. Elle genre délibérément au masculin les femmes trans. Elle soutient aussi les thérapies de conversion sur les trans. Dora a a signé une tribune sur Marianne.fr (avec Marguerite Stern) affirmant que les femmes trans sont des hommes. Il y a régulièrement des drama sur son compte Instagram sur lequel elle se positionne en victime… alors qu’elle manque de respect à la communauté trans toute entière régulièrement. (Attention, oui elle tient des propos abjects, mais rien ne justifie le harcèlement, rien.)

La légende sous cette image est affligeante. Dora Moutot affirme dans le plus grand des calmes que les personnes trans le sont pour échapper au sexisme. Du grand n’importe quoi.
Le compte insta @best_of_tasjoui relève les propos transphobes de Dora Moutot sur son compte @tasjoui, sur lequel elle bloque et censure tous les propos n’allant pas dans son sens.

Que dire de tout ça ?

Le féminisme inclut absolument toutes les femmes. Qu’elles soient dotées d’une vulve ou non, menstruées ou pas. Valides, handi. Les TdS sont aussi inclues, personne n’est laissé de côté. Quelles que soient leurs origines, couleurs ou que sais je d’autre. Un féminisme excluant des femmes n’en est pas un, et l’opposé du féminisme, c’est le sexisme.

Personne n’a à nier le genre de qui que ce soit. La transidentité existe depuis la nuit des temps, et était là bien avant notre civilisation actuelle. Les premiers indices de transidentité datent d’il y a environ 5000 ans alors que la sensibilisation à la transidentité n’a débuté qu’à partir du XXe siècle. Il y a même de l’homosexualité et de la non-binarité chez nous cousins les singes… Donc être transphobe, en plus d’être carrément irrespectueux, c’est aussi avoir une connaissance de la transidentité proche du néant. Les personnes qui excluent les trans, je les vois comme ces gens de la manif pour tous. Ils manifestent pour nier quelque chose qui ne les regarde pas et qui n’aura aucun impact sur leurs petites vies.

Les TERF ne sont pas ouvertes au dialogue et à la tolérance des différences. La transphobie n’est pas un point de vue mais une discrimination. Et par extension, un délit. Une lutte n’en invisibilise pas une autre. Il est possible de lutter pour plusieurs causes du même front.

Donc si tu n’es pas transphobe, ne suis plus les comptes de ces personnes. Il n’y a pas à nier le genre d’une personne. Si elle se dit femme ou homme, elle l’est, peu importe ce qu’il y a sous sa ceinture, et peu importe que ses chromosomes soient XX ou XY. On s’en tape. Une personne est une personne et a droit au respect.

Sources: Le scandale de Dora Moutot, Documentaire transidentité TV5 Monde, Homosexualité et transidentité chez les animaux,

Commentaires

  1. Foutage de gueule, misogyne, homophobe et harcèlement en plus de ça, marguerite jkrowlinget dora sont menacées de mort de viol tt les jours bande de boufonnes, honte à vous.

    1. *Ce commentaire a été envoyé par mail à la principale intéressée, avec un rappel du lien de l’article et une copie du commentaire en question*

      Et bonjour, ça fait plaisir un commentaire aussi concentré en haine. Suite à ton commentaire, j’ai relu l’article dans son intégralité afin de pouvoir tenir compte avec précision de chacun de tes mots.

      Après relecture, il s’avère que je n’ai pas fait d’incitation à la haine. Je n’ai harcelé personne. Il n’y a aucune parole misogyne ou homophobe. (D’autant plus que l’orientation sexuelle n’a jamais été évoquée dans cet article, donc je ne vois pas sur quoi tu te bases pour affirmer que j’ai tenu des propos homophobes.)

      Même mes présentations de ces trois personnes sont très neutres et ne leur manquent pas de respect. J’ai même écrit mot pour mot que rien ne justifie le harcèlement qu’elles subissent, et par extension les menaces de mort et de viol qu’elles reçoivent. Rien ne justifie de telles horreurs et je les invite à porter plainte contre de telles horreurs. La seule chose que j’ai fait, c’est partager leurs propos en expliquant leur point de vue. Sans haine.

      De même, je constate que tu dénonces la haine qu’elles reçoivent… en m’insultant. Je peux aussi porter plainte contre toi pour cela, et c’est pour cela que ton commentaire ne sera pas supprimé, afin d’aider les forces de l’ordre à te retrouver le cas échéant. Pour information, tu risques une amende de 24 000€ pour ce seul commentaire sur mon site, à cause de l’injure publique et de la diffamation dont il fait l’objet. Il me suffit d’un clic pour faire une pré-plainte. Et oui, personne n’est anonyme sur internet. Même pas moi, alors même que je fais tout ce que je peux pour protéger ma vie privée. Ne pas insulter les gens ou les harceler en fait partie. Et rappelle-toi, tu as déjà été insultante au moins une fois à mon égard. Recommence, et ça sera du harcèlement. Et oui, tomber dans le harcèlement, c’est très facile, et tu es à ça de tomber en plein dedans… et si tu insultes aussi facilement, il y a fort à parier que tu l’as déjà fait. Si je saisis ton adresse mail sur les réseaux sociaux, je peux découvrir ça en un clic aussi.

      Dénoncer les horreurs que subissent ces femmes, c’est bien. Mais faire la même chose a quelqu’un qui n’a rien demandé à personne, c’est ridicule.

      Bref. À bientôt, il n’y a que les montagnes qui ne se croisent jamais. Mesure les conséquences de tes paroles, la mesure de ta non compréhension de ce que tu lis, et les conséquences de la haine que tu affiches publiquement à mon encontre. Réfléchis à tes actes.

      Je n’inciterai personne à te harceler puisque je suis contre ce genre de pratique. Je t’invite d’ailleurs à dénoncer les personnes qui font subir cela. En revanche, je t’invite aussi à ne pas être haineuse comme ça avec les gens. J’imagine que tes parents ont fait de leur mieux en t’éduquant. Étant maman, je sais à quel point c’est difficile. Je ne peux imaginer leur déception et leur tristesse s’ils venaient à savoir le comportement que tu as en ligne avec les autres, malgré l’éducation respectueuse que tu as reçue. Ce n’est pas une menace, ce n’est que l’expression de ma peine en tant que mère.

      Bref. Je te souhaite de trouver un épanouissement personnel qui te permettra de pouvoir prendre de la distance avec ce que tu lis, et d’être heureuse au point de ne plus être haineuse comme tu l’es.

      Prends soin de toi, et passe un excellent week-end de Pâques plein d’amour, de soleil et de chocolat 💖 (pas les Kinder, il y a des cas de salmonellose. Les Lindt sont délicieux!)

Nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.